Une quarantaine d’élèves vaccinés à la cité scolaire Charles-Hermite

VaccinationCharlesHermite

Les élèves souhaitant se faire vacciner ou réaliser un test sérologique ont eu la visite du recteur de la région académique Grand Est, Jean-Marc Huart, de la conseillère régionale Catherine Belrhiti, du directeur de la cité scolaire Pascal Derboulles, de son adjoint et de Thierry Jung, président du CPTS. Photo RL

Je voulais me faire vacciner, car dans ma famille, il y a des personnes à risques », explique Louisy, 12 ans, en patientant dans la salle d’attente éphémère créée ce mercredi 8 septembre à la cité scolaire Charles-Hermite de Dieuze. Comme une quarantaine d’élèves de Dieuze (des élèves venant d’autres établissements pouvaient également s’inscrire), elle a décidé de franchir le cap de la vaccination à l’école. Pour les mêmes raisons, Angel, 14 ans, a profité de l’occasion « j’habite dans un petit village, ce n’est pas simple de se déplacer dans un centre », explique-t-il. Alors lorsque l’établissement lui a offert la possibilité de se faire vacciner à l’école, il n’a pas vraiment hésité.

Une fois la porte de l’infirmerie franchie, chaque élève était pris en charge par l’équipe du CPTS (Communauté professionnelle territoriale de santé), qui gère actuellement le centre de vaccination installé au club Les Retrouvailles, à Dieuze. « Selon les établissements, les organisateurs diffèrent », explique Jean-Marc Huart, recteur de la région académique Grand Est, qui s’est fendu d’une petite visite à la cité scolaire. Depuis la rentrée, les centres de vaccination dans les établissements se multiplient dans les établissements (les élèves peuvent être également accompagnés vers des centres en ville quand c’est possible), comme l’avait promis Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale. Pour les élèves âgés de 12 ans et plus, être vacciné ou pas peut avoir un impact sur leur scolarité cette année : à partir des classes de 5e , si un cas de Covid-19 est avéré dans une classe, les élèves non vaccinés considérés comme cas contacts seront placés en télétravail pendant 7 jours et devront passer un test, ceux étant vaccinés pouvant rester en classe.

D'autres journées de accination à venir

Pour le reste, « à l’école », tout se passe comme dans un centre de vaccination classique, l’entretien avec le médecin restant un impondérable. Un jeune garçon ne disposait pas de l’autorisation parentale, obligatoire pour se faire vacciner. La maman s’est déplacée rapidement, le jeune garçon a pu se faire vacciner, pendant que d’autres, encore réticents, venaient pour un test sérologique. « Je voudrais savoir si j’ai eu la Covid-19 », explique Baptiste, 13 ans, qui veut prendre encore le temps de la réflexion quant à la vaccination. « Il y a plein de personnes qui ont des doutes, poursuit Jocelyn, 13 ans. C’est difficile de savoir où on en est… » Être adolescent et devoir prendre une telle décision n’est pas simple. Mais qu’importe : « S’il y a des demandes pour des vaccinations, nous organiserons d’autres journées, assure Thierry Jung, président de la CPTS de Moselle-Sud. Il y aura déjà les deuxièmes injections. » Ne restera qu’aux élèves à se manifester…

Article du Républicain Lorrain du jeudi 9 septembre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *